• Epargner plus ou augmenter son « reste-à-vivre » dans cette crise de la dette

    Notion de base : l’épargne est le reste du revenu d’un tiers auquel on a soustrait sa consommation. Le reste-à-vivre est, quant à lui, le reste des revenus une fois les crédits et les loyers payés. Ce reste permet de payer les dépenses quotidiennes, c’est le pouvoir d’achat. Pour épargner plus  ou augmenter son pouvoir d’achat donc, il suffit donc de réduire un des charges sur le revenu en l’occurrence ici : les crédits.


    Comment contourner un  faible revenu et les crédits à la pelle ?


    A la base, on contracte un prêt pour se permettre  un plus large pouvoir d’achat par achat direct d’un bien ou par prêt. On accumule divers crédits qu’on a du mal à s’acquitter. Ce qui n’arrange pas les choses, la crise de la dette en Europe fait tâche d’huile. Après la Grèce, voilà l’Allemagne qui s’enlise. Et même Tokyo - du bout du monde – est touché par les déboires de l’Europe. Les emplois se font rares, le chômage pointe son nez et le coût de la vie accuse.  « L’euro est dans le coma » a déclaré ce mois-ci Raffarin sur LCI  à propos de la crise de la dette en Europe. Les banques sont à la ramasse et les dettes s’accordent moins. Plus moyen de s’en sortir en apparence. Pourtant, il est possible de  s’en dépêtre et même de gagner de l’argent grâce au rachat de credit ou regroupement de crédit. Un organisme financier solde l’intégralité de la somme à rembourser et vous octroi un seul et unique nouveau prêt. Ce qui diminue les remboursements mensuels et étend sa durée. La gestion des comptes est plus simple, les fins de mois se retrouvent alléger  et on a même la possibilité d’épargner  grâce à l’augmentation du reste-à-vivre.


    Regroupement de crédits, organisme financier : comment se retrouver ?


    Tous les dettes peuvent faire l’objet d’un regroupement de crédit : les crédits personnels, les crédits affectés (ou crédit d’achat), les crédits immobiliers, etc. le rachat de credit ne nécessite pas de changer de banque. Pour trouver un organisme,  il est usuel de faire appel à un courtier qui  mettra l’emprunteur en relation directe  avec  son réseau et négociera avec les organismes pour avoir les meilleurs offres. Ou d’accoster directement ces organismes.
    On retrouve  divers organismes. Comme CFCAL  avec des mensualités réduites jusqu’à 60%, CGI affilié à la Société Générale et un crédit revolving jusqu’à 10ans à taux fixe, CETELEM du groupe BNP offrant un crédit épargne et assurances à un taux moins de 5%, COFINOGA, CREATIS,  CREDIT MUNICIPAL et bien d’autres. Il est prudent par contre  de consulter des associations de consommateurs pour éviter les pièges. Il est bon de savoir également que les consultations  et l’étude de votre prêt est à 100% gratuit. Vous pouvez également avoir recours à des sites qui proposent des formulaires test pour les évaluer pour un éventuel rachat.


    Une simulation pour faciliter son choix.

    Choisir cette opération bancaire qui convient au mieux à l’emprunteur est aujourd’hui une tâche facile, car à part les courtiers IOB qui sont présents pour donner conseil au choix à prendre, il existe aujourd’hui des simulations de rachats de crédits qu’on peut consulter sur le net. Ces simulations se trouvent sur la plupart des sites spécialisés en ce système  et son utilisation est faite en toute confidentialité. L’emprunteur n’a qu’à remplir quelques formulaires pour voir le type de rachat  qui lui va au mieux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :